#Témoignages Le militantisme et l’activisme

 

19224791_459613997748925_9189499751998932108_n

Prise d’assaut d’un abattoir – 269 Life Libération Animale – Photo : 269 Life LA

Pour ce premier article « Témoignages », j’ai souhaité aborder le thème du militantisme et de l’activisme.

Ces dernières années, on entends de plus en plus parler d’associations de protection animale. Certaines se contentent d’organiser des actions où ils distribuent des tracts ou de tenir des stands d’information, d’autres sont présentes devant les cirques ou les zoos avec des pancartes, et certaines s’infiltrent même dans des abattoirs. Certains militants participent à des actions contre la fourrure en sous-vêtements et couverts de sang, afin de dénoncer la maltraitance animale. D’autres choisissent de faire la grève de la faim afin de fermer un centre où sont revendus des singes destinés aux laboratoires. Certaines personnes tagguent les devantures des boucheries ou des fromageries. Jusqu’où peut aller le militantisme ? Quelle est la « meilleure » façon de militer ?

 

fullsizeoutput_319a

Action Martyrs silencieux – Vegan Impact – Photo : Viviane de SSP

*
Faut-il forcément être militant quand on est végane ?

E., végane
Le véganisme est la moindre des choses, le moindre travail sur soi que l’on peut faire pour les animaux. Si l’on veut changer les choses, accorder paroles et actes, il faut militer, et il y a différentes manières à cela. Gandhi disait « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

Chloé, végane
Je distingue militantisme et activisme. Quand une personne fait le choix de devenir végane dans une société à + de 90 % carnivore, elle passe son temps à lire les étiquettes et à consommer différemment de la masse.
En ce sens elle pose un acte militant dans son quotidien (pour changer la société il faut aussi changer les modes de consommation, la demande est intimement liée à l’offre !). Donc OUI le véganisme est un acte militant.

Claudia, végane
Pour moi le simple fait d’être vegan est un acte de militantisme. Certaines personnes ne sont pas capables de sortir dans les rues pour dénoncer la maltraitance animale mais le fait d’être végane a une influence sur les personnes de notre entourage.

*
Comment militer au quotidien ?

E., végane
Parler de véganisme autour de soi, attirer l’attention des gens mais avant tout être irréprochable dans sa démarche comme dans sa personne et ainsi s’efforcer de montrer l’exemple. Cela se passe concrètement par de simples choses : indiquer assez rapidement et subtilement que vous êtes végane, ça peut être coller un sticker sur son ordinateur ou mettre un badge sur son sac (nul besoin d’en mettre 46 comme certains) ; les personnes autour de vous vont le remarquer et tôt ou tard vous poser des questions et commencer une discussion. Depuis que j’ai commencé à travailler, je parle quasiment tous les jours un peu de véganisme, parce qu’on me pose des questions sur pleins d’aspects théoriques mais surtout pratiques et non parce que je harcèle les gens ou que j’en parle spontanément en apparaissant comme le cliché du végane « chiant » ou « intolérant/agressif ». Puis, il faut évidemment maîtriser son discours, donner les sources des études scientifiques, parler de philosophie et d’éthique, mais toujours en donnant des exemples qui puissent faire figure d’autorité. C’est comme cela que j’essaie de militer au quotidien, sans toujours m’en rendre compte.

Claudia, végane
Tout passe par la communication. Montrer aux personnes qu’on peut vivre bien en étant végane puisque c’est une des questions qui revient le plus souvent (ndlr : les carences). Ensuite, sensibiliser et expliquer aux personnes la maltraitance des animaux dès que l’opportunité se présente (invitation au cirque, au zoo …).

D., végane
Etre végane c’est déjà militer quotidiennement pour la cause animale en agissant sur soi-même car l’effet sur les animaux est direct.

*

fullsizeoutput_319e

Marche pour la fermeture des abattoirs – L214 – Photo : L214

*
Quelle est pour vous la meilleure façon de militer en faveur des animaux ?

B., végétarien
Je pense qu’il ne faut surtout pas dénigrer les personnes qui ne sont pas du même avis concernant le droit des animaux. Il faut accepter les divergences d’opinions, que les personnes ne voient pas la cause animale comme une priorité.La meilleure façon selon moi est de ne pas pointer du doigt ce qui est mal fait comme mettre des photos d’abattoir dans le but de dégoûter les gens, mais plutôt de mettre l’accent sur ce qui pourrait être fait de mieux.

Chloé, végane
Le faire avec conviction ! Chaque être est différent c’est ce qui fait la richesse, la complexité  mais aussi la difficulté de vivre en société et l’humain est un animal social ! Donc c’est à chacun-e de trouver ce qui lui semble juste pour poser des actes militants.
Pour moi, participer à des actions est essentiel pour informer ceux et celles qui ne le sont pas (et faire avancer la cause) !

Pauline, omnivore
Je ne sais pas si c’est la meilleure, mais celle qui fonctionne pour moi c’est parler de ce qu’on défend avec passion, sans culpabiliser ceux qui ne s’engagent pas.
J’ai des amis véganes, et voir qu’ils sont épanouis dans ce mode de vie, me pousse à m’intéresser à ce qui les motive.
J’ai déjà parlé avec des militants dans la rue et la discussion était enrichissante agréable et posée, je ne me suis pas sentie jugée. Je pense que le tractage est une bonne façon d’avoir un contact direct avec les gens. Malheureusement il n’y a peut-être que ceux qui sont un peu sensibilisés qui s’arrêteront vraiment.
J’ai déjà vu des documentaires sur la cause animale de mon propre chef et je pense aussi que des vidéos Youtube sur des chaînes plus généralistes (Esther, Georgia Secret, Et pourquoi pas Coline) ont participé à mon information. Je ne défend pas mon mode de vie car je ne prétend pas avoir le meilleur, mais uniquement celui qui me convient personnellement. Alors si le militantisme ne m’a pas fait devenir végane, il a participé à une nette diminution de la part de cruauté dans ma vie, ce qui n’est tout de même pas vain. Je ne pense pas que j’aurai été sensibilisée à ces problématiques si des défenseurs des animaux n’avaient pas milité.

E., végane
J’ai observé et pratiqué différentes approches du militantisme, je vois aujourd’hui que la meilleure façon de militer en faveur des animaux est l’action directe, c’est à dire l’action se déroulant directement sur le lieu d’abattage, d’élevage ou d’organisation de l’exploitation animale au sens large, car la plupart du public est au courant via L214, les réseaux sociaux ou la télévision de ce qui se passe dans les abattoirs. Tout le monde à du voir une fois les vidéos des poussins qui sont broyés vivants sur Youtube, tout le monde sait que la viande ce n’est qu’un morceau de cadavre découpé, mais tout ce monde ne  change pas, peu de gens arrêtent la viande et encore moins les sous-produits d’origine animale. Il faut donc attaquer l’exploitation et le spécisme en son cœur et mener la société vers un changement social colossal, comme à chaque fois ou une minorité qui à mené les grands combats historiques, comme celui de l’abolition de l’esclavage.

Hélène, omnivore
Eveiller les consciences et enlever les oeillères des gens, qu’elles soient conscientes ou non, en les confrontant à la réalité par des images surtout. Beaucoup d’omnivores savent ce qui se passe dans les abattoirs mais beaucoup pensent aussi que l’on ne fait pas de mal aux vaches en prenant leur lait ou en prenant leurs oeufs aux poules.
Je pense que les rassemblements devant les cirques sont un des bons moyens de confronter les gens au problème.
Les campagnes « Rather be naked than wearing fur » m’ont toujours laissée de marbre parce qu’elles « écrivent » le souci avec leur slogan mais ne le montrent pas réellement. Je suis beaucoup plus touchée par les photos/vidéos d’animaux dépecés et maltraités en laboratoires.

François, omnivore
Personnellement les images d’abattoirs ne vont pas me dégouter. Bien sûr que le sang, la « maltraitance » (même si c’est effectué avec respect, abattre un animal est bien sur de la maltraitance), sont bien dégoutants mais la plupart des « carnivores » savent qu’ils mangent des animaux abattus.
Je mange de moins en moins de viande car je sais que c’est mauvais pour la santé, parce que je sais que c’est anti-ecologique, pour le respect des animaux, mais c’est très dur de m’en passer. Les manifs / mises en scènes m’indiffèrent. Faire des manifestations pour demander à interdire des élevages intensifs oui, ça peut aider à changer, mais faire une manif pour dire à quelqu’un qui aime le rose qu’il vaut mieux aimer le bleu, ça a je pense assez peu d’impact. Tant que tu ne lui aura pas montré un bleu magnifique ou dans un cadre dans lequel le rose n’irait pas, ça va être difficile de lui faire changer d’avis.

Candice, omnivore
Je suis omnivore et défend la cause, je suis contre le massacre animalier et je ne suis pas une meurtrière, je ne veux pas qu’on me fasse culpabiliser parce que j’aime le goût de la viande. Les dégustations sont pour moi le meilleur moyen de faire prendre conscience aux gens que sauver les animaux peut se faire facilement sans trop de sacrifice.

Claudia, végane
Il n’y a pas de meilleure ou de mauvaise manière de militer. Tout forme de militantisme est bonne. Certains ne seront pas d’accord avec moi, mais il faut un peu de tout , des actions diverses pour toucher le plus de monde.  Tout le monde à un caractère différent et des sensibilités différentes , donc il faut aussi des actions différentes.

*

13235438_801856976611300_2080081248536244019_o

Marche pour la fermeture du centre de primatologie de Niederhausbergen – Animalsace, Fight for Monkeys, Pro Anima – Photo : Romain Lutringer

*
D’après-vous, comment sont perçus les militants de la cause animale ?

E., végane
Nous sommes malheureusement perçus, selon les représentations et les influences de chacun, soit comme des altermondialistes, soit comme des hippies, soit comme des bobos, souvent comme des misanthropes ou tout cela à la fois. Et selon moi cela en raison des contradictions des personnes qui nous jugent, nous militants… Il devient facile pour quelqu’un qui ne veut pas se remettre en question mais qui est mal à l’aise face à ses choix de se dire « de toute façon ce sont des gens bizarres » ou « ce ne sont que des petits bobos ».

Hélène, omnivore
Majoritairement comme des chieurs bobos, et c’est dommage.
On trouve toujours le moyen de leur répondre que les humains aussi ont des problèmes et que c’est plus grave, etc. Si on écoute les détracteurs des militants pour la cause animale, si on est pour les animaux, on est contre les humains.

Chloé, végane
Comme des extrémistes, évidemment ! Car ils gênent, dérangent, remettent en cause le conditionnement de notre société patriarcale. L’humain a peur des changements et s’accroche à ce qu’il connait et qu’il identifie comme des valeurs ! Personnellement je me considère comme radicale, mon extrémisme est celui de l’extrême empathie et je le revendique !

François, omnivore
Tout dépend des actions entreprises. Je trouve important de se battre pour une cause à laquelle on tient. Extremiste? Non, sauf si les gens agissent comme des fanatiques, en criant comme des barges avec des yeux exorbités. La transition vers le végétal sera forcément une transition douce, donc rien ne sert d’être « brutal » dans la communication, plus dans l’accompagnement. Une fois de plus il ne sert à rien de vouloir forcer les gens à changer, surtout si aucune autre alternative n’est proposée.

Claudia, végane
Comme des extrémistes. Pour la plupart de personnes le fait d’être vegan est déjà extrême alors lorsqu’on sort dans les rues pour faire entendre la voix de nos amis les animaux, certains ne comprennent pas et on peut se faire insulter ou attaquer.

Pauline, omnivore
Je pense que les militants de la cause animale sont perçus comme extrémistes et pénibles, à cause de certains d’entre eux qui ont pu être trop violents dans leurs propos. Je peux comprendre que certains agissement envers les animaux les mettent hors d’eux, mais aucune idée, quelle qu’elle soit, ne peut être bien reçue si on dénigre l’interlocuteur. Je pense sincèrement que les militants de la cause animale sont des personnes bienveillantes (évidemment vu la cause qu’ils soutiennent, je parle de bienveillance envers leur entourage), mais que certains militants ayant mal communiqués portent préjudice à l’ensemble des militants.

Candice, omnivore
J’aime les échanges entre véganes, végétariens et omnivores si c’est un réel échange et non une suite d’arguments propulsés contre l’autre. La compréhension est nécessaire je pense pour pouvoir changer de bord, donc la violence n’est pas une option. Les militants sont mal perçus. On les voit comme agissant davantage contre l’espèce humaine que pour les animaux.

B., végétarien
Souvent, malheureusement, comme des gens qui vont « exagérer » leur implication dans la cause.  C’est très bien de défendre les animaux, mais aller par exemple vandaliser des boucheries ou occuper des abattoirs n’est pas une bonne manière de faire.
De même, dire ouvertement « je préfère les animaux aux humains » est une chose déjà entendue et plutôt très extrémiste, ce qui décrédibilise beaucoup la cause selon moi.

*

13517397_10208162892484030_2752559720506998139_o

Nuit Debout devant l’abattoir de Holtzheim – Photo : Chloé KA www.chloeka.com

*
A votre avis, y a t-il des actions ou des actes qui peuvent nuire à l’image des véganes ?  

B., végétarien
Oui, énormément, notamment les vandalisations de lieux ou commerces exploitant les animaux. Je pense également aux manifestations sur la place publique avec des pancartes aux contenus choquants, avec des animaux morts ou maltraités. Pour l’opinion publique, c’est extrêmement mal perçu alors que la cause est tout à fait noble. Par exemple, il pourrait être intéressant de montrer et promouvoir la manière de penser qu’ont les véganes, en voyant des animaux en liberté, dans leur habitat naturel sur les pancartes brandies pendant les manifestation plutôt que des contenus choquants.
Parler immédiatement de « cadavres » ou leur montrer des images choquantes d’animaux morts est tout aussi inefficace que de montrer des photos de petits enfants travaillant dans des usines en Chine à une personne ayant un iPhone.

Pauline, omnivore
Je suis moins à l’aise avec l’arrêt des chaînes de production ou les tags sur les devantures. Je comprend ce qui pousse des militants à avoir des actions percutantes, mais quand ça engage le travail d’un autre j’ai tendance à me dire qu’elle cible un individus qui lui aussi subit un système et n’aide pas directement les animaux . En revanche, j’approuve les infiltrations avec caméra pour savoir ce qu’il se passe vraiment à l’intérieur des abattoirs. Il est difficile de savoir jusqu’où peut-on aller pour que le message soit efficace.

E., végane
Il faut éviter les actions lâches et totalement inutiles comme les graffitis de la crèmerie x à Lyon qui peuvent nuire à l’image des véganes au niveau local et patronal, heureusement ce genre de choses est rare.

Hélène, omnivore
Certains véganes sont très condescendants et desservent la cause parce qu’ils confirment les clichés qu’on peut avoir. J’admire sincèrement les véganes mais quand je sens qu’on cherche à me culpabiliser parce que je mange de tout, ça me met en rage parce qu’à côté de ça, j’essaie d’acheter un maximum de cruelty-free dans d’autres domaines.
Le monde est tout blanc ou tout noir pour certaines personnes et comme elles sont du «bon côté», elles ne se privent pas de le crier sur tous les toits.
J’ai récemment visité une expo sur l’alimentation dans le monde et il y avait un livre d’or où les gens étaient invités à laisser leurs meilleures recettes.  Parmi les recettes de pâtes à crêpes et autres, j’ai lu plusieurs « Faites comme moi, devenez végétarien/vegan !! »… et c’est tout.  Aucune recette, aucune contribution, juste « Eh, je suis meilleur que toi et ça me définit complètement ».
Ce genre de comportement me gonfle vraiment et incite beaucoup de gens à mettre tous les véganes dans le même panier.

Chloé, végane
Etant tous et toutes différent-e-s, il n’y a pas de modèle et la pensée unique ne peut pas fonctionner.
Tout comme pour l’éducation, il n’y a pas un modèle qui fonctionne sinon tout le monde le pratiquerait et ce serait génial ! Le problème est que pour tel être il va falloir tel type d’acte pour le faire évoluer et pour l’autre être ce sera quelque chose de totalement différent ! Donc NON aucun acte n’est « nuisible » et il faut multiplier leur diversité justement pour toucher un maximum d’humains !
Ce qui est nuisible c’est de continuer à perpétrer la souffrance et l’exploitation sur des êtres qui ont juste le droit à la vie comme toi et moi. Les avoir domestiqué ne nous donne pas le droit de les exploiter !

François, omnivore
Eviter de passer pour des agressifs (« vous êtes des barbares, des carnassiers, des viandards »), des extrémistes. Si on veut être entendu il faut être respecté, sinon les propos n’auront aucun impact et n’engendrera qu’un clivage entre les 2 « populations ».

Claudia, végane
Le seul acte, à mon avis, qui peut nuire la cause c’est de créer une faiblesse au sein de la « communauté » vegan, par exemple ce qui a fait un peu débat ces derniers temps : le petits conflits entre associations. C’est ce genre de choses qui ne font pas avancer la cause. Au lieu de se critiquer entre nous , il faudrait qu’on s’unisse pour être plus forts.

269

Action au zoo de Mulhouse – 269 Life France – Photo : Chloé KA www.chloeka.com

Un grand merci à vous d’avoir pris sur votre temps pour témoigner car cette rubrique, c’est surtout la vôtre.

Et moi alors ? Après avoir beaucoup réfléchi et afin de rester le plus neutre possible, je ne donnerai pas mon avis sur les différents sujets abordés. Bien évidemment, je suis végane et je ne pourrais jamais retourner ma veste sur la question de l’exploitation animale. Simplement, comme chaque être humain, j’ai des opinions certainement différentes des autres personnes, véganes ou non.

Que vous soyez végane, végétalien, végétarien, ou omnivore, si vous souhaitez témoigner dans le prochain article, merci de m’envoyer message via le formulaire de contact dans « Qui suis-je ? ». 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s